Accueil>>Généralités NAC

Généralités NAC

Les NAC (nouveaux animaux de compagnie) sont de plus en plus nombreux et de mieux en mieux soignés et entretenus. A la clinique, nous nous intéressons à ces animaux depuis de nombreuses années et nous nous formons régulièrement afin d'améliorer notre prise en charge.

C'est ainsi que nous consultons quasi quotidiennement des lapins, des cobayes, des furets, des rats ou des tortues. Nous pouvons être amenés aussi de temps en temps à soigner d'autres petits Mammifères tels que souris, gerbille, hamster, écureuil de Corée, chien de prairie, chinchillla, octodon.

Pour les autres espèces de NAC (Oiseaux ou Reptiles), nous préfèrerons vous envoyer chez des confrères beaucoup plus compétents que nous afin que leur prise en charge soit adaptée.


liendetails.png Conseils d'entretien

liendetails.png Quelques données de physiologie

liendetails.png Les soins et examens réalisables
            a. prévention
            b. examens complémentaires
            c. soins réalisables

liendetails.png Principales dominantes pathologiques




pucefleur.png Conseils d'entretien

Chez les NAC, les conditions d’hébergement sont primordiales à leur bonne santé et de nombreuses maladies sont directement secondaires à de mauvaises conditions d’entretien (maladies respiratoires, pododermatites des rongeurs, teigne, ostéofibrose nutritionnelle de la tortue…)

Les cages des NAC doivent être régulièrement entretenues afin que la litière soit toujours propre. Chaque espèce aura des besoins différents en terme d’espace, de substrat, d’enrichissement environnemental (voir les parties spécifiques).

Comme chez tous les animaux, mais en particulier chez ces petits compagnons, l’alimentation est un facteur essentiel à leur bonne santé. La plupart des Rongeurs sont des herbivores dont l’alimentation reposera majoritairement sur du foin d’excellente qualité. Les ‘graines’ seront à ajouter avec modération pour éviter embonpoint et pathologie dentaire. 

Accès direct aux pages :

liendetails.pngLes lapinsliendetails.pngLes furets liendetails.pngLes cobayesliendetails.pngLes tortuesliendetails.png Autres

 




top.pnghaut de page
pucefleur.pngQuelques données de physiologie

 

longévitépoids moyenmaturité sexuellegestationnb de petitssevrage
LAPIN NAIN7 à 12 ans1 à 2 kgMâle : 6 à 7 mois
Femelle : 4 à 6 mois
28 à 34 j2 à 65 sem
FURETà 9 ansMâle : 1,2 kg
Femelle : 600 g
5 à 9 mois41 à 42 j6 à 86 à 8 sem
COBAYE5 à 8 ansMâle : 1 à 1,2 kg
Femelle : 0,7 à 1 kg
Mâle : 10 sem
Femelle : 6 sem
59 à 72 j3 à 43 à 4 sem
CHINCHILLA8 à 12 ans400 à 600 gMâle : 9 mois
Femelle : 4 à 5 mois
110 à 120 j1 à 53 à 6 sem
OCTODON5 à 8 ans200 à 300 gMâle : 5 à 6 mois
Femelle : 3 à 5 mois
87 à 93 j1 à 104 à 6 sem
RAT2 à 3 ansMâle : 300 à 500 g
Femelle : 250 à 350 g
6 à 8 sem19 à 23 j6 à 123 sem
SOURIS1 à 3 ansMâle : 20 à 40 g
Femelle : 25 à 60 g
5 à 8 sem19 à 21 j10 à 123 à 4 sem
GERBILLE3 à 4 ansMâle : 65 à 100 g
Femelle : 55 à 85 g
10 à 12 sem24 à 26 j4 à 63 à 4 sem
HAMSTER DORE1 à 2 ansMâle : 85 à 130 g
Femelle : 95 à 150 g
6 à 8 sem15 à 18 j4 à 143 à 4 sem
HAMSTER NAIN1 à 3 ansMâle : 35 à 55 g
Femelle : 25 à 35 g
6 à 8 sem15 à 18 j4 à 143 à 4 sem
CHIEN DE PRAIRIE6 à 8 ans1,2 à 2,2 kg2 à 3 ans34 à 37 j1 à 86 à 7 sem
ECUREUIL DE COREE6 à 8 ans75 à 120 g1er printemps après la naissance30 à 32 j3 à 86 sem

top.pnghaut de page

pucefleur.pngSoins, interventions et examens

La principale prévention des maladies chez les NAC passe par la connaissance des besoins liés à chaque espèce et donc par des conditions d'hébergement et d'alimentation rigoureusement adaptés à ces petits animaux.

 

  • Vaccins

Chez les NAC, les seuls vaccins qui existent concernent les lapins et les furets. 
  

         

  • Opérations de convenance

La castration et l'ovario-hystérectomie sont tout à fait recommandés dans de nombreuses espèces tout d'abord pour limiter la reproduction lors de la possession de plusieurs animaux de sexes différents mais également pour diminuer les comportements territoriaux  tels que marquage urinaire ou agressivité pour diminuer l'odeur chez le furet mais aussi pour protéger les femelles des nombreuses pathologies liées à l'appareil reproducteur.
Comme chez la chienne ou la chatte, celle évite ainsi les tumeurs mammaires (fréquentes chez la rate), les tumeurs de l'utérus (fréquentes chez la lapine) ou les tumeurs et kystes des ovaires (fréquentes chez le cobaye).

La technique chirurgicale consiste à enlever les testicules aux mâles et à retirer les ovaires et l'utérus aux femelles. Nous sommes particulièrement attentifs à l'anesthésie chez ces petits animaux, plus sensibles que les chiens et les chats. C'est pourquoi  nous veillons là-encore à utiliser plutôt l'anesthésie volatile, tout à fait appropriée à ces espèces; nous sommes vigilants à l'hypothermie et nous utilisons un tapis chauffant pendant la durée de l'intervention puis les animaux sont placés au chaud dès leur réveil; nous sommes également attentifs à la prise en charge de la douleur, dont le traitement est très important là-encore pour ces petits animaux.

 

  • Examens complémentaires

Comme pour les autres animaux de compagnie, il nous arrive très régulièrement de réaliser des examens complémentaires chez les NAC. Le plus souvent, il s'agit de prélèvements dermatologiques observés au microscope pour rechercher des parasites, très fréquents dans ces espèces; des analyses d'urines ou de selles pour comprendre l'origine d'une diarrhée, des prises de sang pour vérifier le fonctionnement des organes ou l'état ou le nombre des cellules sanguines ou enfin des examens d'imagerie très utiles dans ces espèces.

La radiographie permet comme chez le chien ou le chat de diagnostiquer les lésions osseuses comme les fractures mais aussi d'évaluer les pathologies dentaires très fréquentes ou de visualiser l'état du transit digestif dont l'intégrité est essentielle pour la vie de l'animal ou encore d'évaluer la gravité et l'étendue des lésions pulmonaires lors de pathologie respiratoire chronique.

La radiographie nous donne également de nombreuses informations chez la tortue, par exemple pour les rétentions d'oeufs. Dans ce cadre-là, le passage à la radio numérique nous permet de garantir une qualité et une précision qui améliorent notre diagnostic et notre pronostic. De plus, nous pouvons également agrandir les images ce qui est très pratique pour ces petits animaux. Il peut nous arriver aussi de réaliser des échographies pour visualiser de façon plus appropriée les organes abdominaux 
 
(cf partie idem chien, chat), LIEN ??? 


  

  • Soins réalisables

Comme pour tous les autres animaux, nous serons amenés la plupart du temps à vous prescrire un traitement médical à l'issue de la consultation. Comme il existe très peu de médicaments avec AMM pour les NAC, nous serons souvent obligés de prescrire des médicaments destinés à d'autres espèces. Notre expérience grandissante pour ces petits animaux nous permet aussi d'utiliser des molécules ayant prouvé leur innocuité et leur efficacité . Au besoin, nous nous référerons à de nombreux ouvrages pour trouver les posologies recommandées à chaque espèce.

Nous sommes équipés de  terrariums, avec lampes UV et lampes chauffantes qui sont particulièrement adaptés à l'hospitalisation des tortues mais aussi des autres NAC, très sensibles à l’hypothermie.
Les pompes à perfusion utilisées  quotidiennement pour les chiens et les chats nous sont d'un grand secours lorsque nous devons perfuser des petits animaux afin d'être sûrs que le débit du liquide sera adapté et pour éviter des accidents lorsqu'un trop grand volume passe trop rapidement.

Il nous arrive aussi d'être obligés d'opérer ces petits animaux. Comme décrit ultérieurement pour les chirurgies de convenance, nous sommes vigilants et mettons tout en oeuvre pour que le risque anesthésique soit le plus faible possible. L'utilisation d''une anesthésie volatile, de tapis chauffant et la prise en charge de la douleur nous permettent ainsi de travailler avec le plus de sécurité possible.

top.pnghaut de page





pucefleur.pngDominantes pathologiques

 

  • Affections dermatologiques :

Les NAC sont très fréquemment présentés en consultation pour des problèmes de peau soit parce qu'ils se grattent, qu'ils perdent leurs poils ou qu'ils présentent des pellicules. Ces affections sont souvent secondaires à des parasites (acariens par exemple) ou alors à des champignons (la teigne). Les examens complémentaires préciseront la cause et nous permettront de choisir le traitement approprié.

Les NAC sont aussi sujets à d'autres maladies de la peau telles que les abcès, 'boules de pus' qui nécessitent souvent une chirurgie pour les retirer car le pus des Rongeurs et des Reptiles est très épais. Il existe aussi des tumeurs cutanées d'agressivité et de taille différentes, plus ou moins fréquentes en fonction des espèces.

Enfin, il existe une maladie très spécifique à ces petits animaux élevés en cage : il s'agit de la pododermatite. Le dessous des pattes est rouge et pert ses poils et quand la maladie progresse, il peut même se former des ulcères. Cela est dû aux conditions environnementales de la cage d'où l'importance de la nettoyer bien régulièrement et de s'assurer que l'épaisseur de la litière est assez importante. 

 

  • Affections respiratoires :

Le syndrome dit 'coryza' est également fréquent chez les NAC. Souvent banal et de traitement aisé, il ne faut pas le laisser traîner car l'animal peut alors s'arrêter de manger (car il n'arrive plus à sentir sa nourriture) et l'arrêt du transit qui en découle peut par contre être mortel en quelques jours. Malheureusement dans certains cas, ces affections peuvent devenir chroniques et affecter les poumons. Les traitements permettent alors rarement de guérir l'animal mais plutôt de le soutenir pour qu'il ait un meilleur confort.

 

  • Affections dentaires :

Egalement très fréquentes chez les lapins mais également chez les cobayes ou les chinchillas notamment, les malocclusions dentaires sont liées à plusieurs facteurs. Il existe tout d'abord un facteur congénital lié à la conformation des mâchoires des lapins nains.
Ensuite, il y a de nombreux facteurs environnementaux et principalement le type d'aliments proposés. Il faudra favoriser une alimentation fibreuse qui permet une bonne usure dentaire (foin, végétaux, granulés ligneux).
De plus, la faible exposition des lapins de compagnie aux UV entraîne une maladie métabolique qui a pour conséquence les malocclusions dentaires. Enfin, la sédentarité et le manque d'exercice aggravent la situation.

Le diagnostic passe par un examen rigoureux de toutes les dents, pouvant nécessiter une légère anesthésie pour mieux visualiser les dents du fond. La radiographie vient compléter le bilan des lésions et aide à préciser les soins à effectuer, le pronostic et le suivi.

Le traitement consiste d'abord en un aplanissement régulier des surfaces dentaires au moyen de matériel adapté mais peut également nécessiter l'extraction dentaire dans les cas les plus avancés. La prévention passe évidemment par une attention particulière portée à l'alimentation (cf...).

 

  • Pathologies de la reproduction :

Comme expliqué dans le chapitre 'opérations de convenance', les femelles NAC sont particulièrement exposées aux affections de l'appareil génital.

Les tumeurs mammaires fréquentes chez les chiennes et les chattes non stérilisées affectent de temps en temps les lapines mais sont par contre très fréquentes chez les rattes. Souvent bénignes, elles peuvent par contre être très volumineuses et envahissantes et récidivent très fréquemment malgré des traitements chirurgicaux répétés.

Il existe d’autres affections telles que les kystes aux ovaires ou les tumeurs de l’utérus. La prévention et le traitement reposent sur l’ovario-hystérectomie.

 

  • Maladies digestives :

Ces petits animaux ont un transit très fragile et la moindre affection de l'appétit peut rapidement entraîner un ralentissement voire un arrêt du transit souvent beaucoup plus graves que la pathologie initiale. Il convient donc toujours de s'assurer que votre animal mange quotidiennement et de vérifier la quantité et la qualité des selles émises car diagnostiquées et traitées tôt, les affections digestives sont toujours de meilleur pronostic.

La prise en charge consiste systématiquement en des gavages, l'administration de médicaments restaurant le transit ainsi que l'administration d'anti-douleur. Les affections digestives peuvent être primaires lors d'ingestion de corps étranger chez les furets, de boules de poils chez les lapins ou lors d'affection parasitaire (vers intestinaux) mais elles sont souvent secondaires à d'autres maladies telles que les problèmes dentaires principalement ou bien toute autre cause d'anorexie plus ou moins prolongée. Là-encore, la prévention passe souvent par une alimentation rigoureuse. 

 

  • Affections ophtalmologiques :

Les conjonctivites sont très courantes et souvent bénignes chez la plupart des NAC. Par contre, les processus chroniques peuvent fréquemment être secondaires des problèmes dentaires qu'il conviendra alors de diagnostiquer et traiter correctement.

Cas particulier de la chromodacryorhée ou 'larmes de sang' du rat: toujours secondaire à un stress (maladie, changement environnementale, baisse de l’immunité), le rat peut donner l’impression de ‘pleurer du sang’. En fait, il s’agit d’un pigment rouge qui colore les sécrétions lacrymales.En cas d’observation de ce symptôme, il vaut mieux consulter pour que l’on fasse la part des choses entre une conjonctivite et cette affection et surtout, que l’on essaye d’en comprendre l’origine (maladie sous-jacente par exemple).

 

  • Affections neurologiques :

Chez le lapin, comme chez le cochon d'inde ou le rat, il existe une maladie appelée "syndrome vestibulaire". L'animal présente la tête penchée et peut aussi perdre l'équilibre. Souvent très impressionnant, l'origine de cette pathologie peut être multiple et le pronostic sera alors plus ou moins bon. Les causes possibles peuvent être une otite ou bien une maladie infectieuse parasitaire chez le lapin. 

 

  • Affections urinaires :

Les calculs urinaires peuvent être rencontrés fréquemment chez le lapin et le cochon d'inde, mais sont plus épisodiques chez le furet ou les autres espèces de Mammifères. Les signes cliniques sont alors des difficultés et une douleur pour uriner voire du sang dans les urines. Le traitement est alors chirurgical et consiste à ouvrir la vessie pour retirer le calcul puis la nettoyer ainsi que les voies urinaires. 

 

  • Les tumeurs :

Tous les NAC peuvent avoir des tumeurs plus ou moins agressives, notamment des tumeurs cutanées qui peuvent être assez volumineuses lorsque l’animal vieillit mais l’espèce la plus sujette aux cancers reste néanmoins le furet.

top.pnghaut de page


Accès direct aux pages :

liendetails.pngLes lapinsliendetails.pngLes furets liendetails.pngLes cobayesliendetails.pngLes tortuesliendetails.png Autres

retour.pngRetour à : Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC)

  
  
            
  
  
  
 
  
 
  
 
Conception et Réalisation Veto Online - 2011