Accueil>>Déroulement chirurgie

Déroulement chirurgie

 

1. La visite pré-anesthésique


La visite pré-anesthésique permet de vérifier l'état de santé de votre animal et de vous poser des questions pour mieux appréhender les risques liés à ses antécédents et ainsi prévoir le protocole anesthésique que l'on choisira. A cette occasion, nous pourrons vous proposer des examens pré-anesthésiques (analyse d'urines, prise de sang) qui nous permettrons de connaître l'état de ses organes (reins et foie en particulier) et ainsi d'adapter  le dose des médicaments, de cibler la surveillance ou encore de décider de la durée de la perfusion. Cette visite sera réalisée lorsque vous nous amènerez votre animal en consultation et que l'on préconisera une intervention chirurgicale ou bien elle sera réalisée le jour-même de la chirurgie pour la plupart des interventions de convenance (stérilisations). Votre animal sera obligatoirement examiné par un de nos vétérinaires avant toute chirurgie de la plus bénigne à la plus lourde.

2. L'anesthésie


L'étape la plus importante et la plus redoutée est sans nul doute l'anesthésie. En effet, dans de très nombreux cas, nous serons obligés d'endormir votre animal pour réaliser certains actes diagnostqiues (imagerie, prise de sang) ou bien pour manipuler votre animal correctement et prendre le moins de risques de blessures et pour lui, et pour notre personnel. L'anesthésie générale nécessite une certaine technicité et dans l'emploi des molécules, et dans l'adaptation des protocoles aux risques évalués lors de l'examen pré-anesthésique. Nous faisons en sorte de nous former régulièrement et de nous adapter aux nouvelles molécules pour optimiser la sécurité de l'anesthésie. En effet, le risque 0 n'existe pas mais en étant rigoureux et attentifs, nous faisons en sorte qu'il soit le plus faible possible, quel que soit l'âge et les antécédents (par exemple cardiaques) de votre animal. Bien évidemment, comme lors des cas de médecine mais encore plus dans la décision d'une intervention chirurgicale, nous aborderons le concept de BALANCE BENEFICES-RISQUES.

vergeze-_255 350.jpgEn pratique, pour que l'anesthésie soit la mieux tolérée, nous débuterons quasi-systématiquement par une injection de pré-anesthésie. Cela permet de calmer les animaux pour qu'ils soient moins stressés de se retrouver dans un milieu étranger et pour qu'ils supportent mieux l'anesthésie elle-même. Cela nous permet aussi de baisser de façon plus ou moins importante les doses d'anesthésiques à administrer pour obtenir la profondeur que l'on souhaite. L'induction consiste à endormir l'animal. La plupart du temps, nous utiliserons une molécule injectable, soit par voie IM (musculaire), soit par voie veineuse. Ainsi, nous posons un cathéter qui nous permet d'avoir accès directement à la veine pour injecter une dose à la demande pour l'induction (car chaque animal est différent et ne répondra pas de la même façon à la même molécule), de le perfuser pendant et/ou après la chirurgie mais également de lui injecter très rapidement des produits d'urgence en cas de problème lors de l'intervention.
vergeze-_270 350.jpgLa maintenance de l'anesthésie est le plus souvent obtenue grâce à notre appareil d'anesthésie gazeuse (cf lien). Après intubation trachéale, l'animal est donc branché à la machine qui lui fournit l'oxygène et le gaz anesthésique (isoflurane).

Tout comme en médecine humaine, l'emploi de l'anesthésie volatile permet une EXCELLENTE SECURITE d'anesthésie car on peut là encore adapter la dose du gaz au cas par cas tout au long de l'intervention et obtenir des degrés de profondeur d'anesthésie différents au fur et à mesure des étapes successives de la chirurgie. De plus, le gaz étant éliminé très rapidement par l'organisme, cela permet d'obtenir des réveils très rapides et donc de raccourcir la durée d'hospitalisation post-opératoire. Il nous arrive ainsi de faire rentrer chez eux des animaux bien réveillés seulement quelques heures après l'entrée en clinique, ce qui rassure tout le monde (les propriétaires, qui sont contents de récupérer leur compagnon au plus vite et l'animal lui-même qui sera bien mieux dans son environnement pour émerger tranquillement).
Pendant toute la durée de l'anesthésie, nous mettons un point d'honneur à surveiller tous les paramètres vitaux (respiratoires, cardiaques) notamment grâce à notre ap-alert et nous adapterons ainsi la dose du gaz anesthésique dès que les rythmes nous sembleront trop lents. Etant donnée notre pratique quotidienne et notre confiance en notre gestion de l'anesthésie, nous serons enclins à vous proposer d'endormir votre animal même si celui-ci est de très petite taille ou même s'il est âgé, avec un souffle au coeur par exemple.

3.  L'intervention chirurgicale


De même que la pratique quotidienne de l'anesthésie, nous opérons tous les jours des animaux ce qui nous permet d'effectuer des gestes techniques avec le plus de maîtrise possible ce qui permet de réduire le temps chirurgical et donc la durée de l'anesthésie. Nous sommes attentifs à l'hygiène et à la rigueur en terme d'asepsie afin d'éviter au maximum le risque de maladies nosocomiales. Nous portons également une attention toute particulière au choix des fils de suture employés  afin que ceux-ci ne soient pas à l'origine de réactions de rejet par le patient. Nous réaliserons également des sutures certes solides (notamment lors de la fermeture du muscle de l'abdomen) mais aussi le plus esthétiques possible. Cela a pour but évidemment de rendre un animal propre et bien opéré mais surtout de limiter les réactions de grattage et d'infection post-opératoires.

  vergeze-_148 350.jpgvergeze-_154 350.jpg

4. Le post-opératoire


Le post-opératoire immédiat consiste à la clinique à surveiller le réveil de votre animal. Ainsi, nous nous assurerons que les fonctions respiratoire et cardiaque sont bien revenues à la normale ainsi que la température corporelle. En cas d'hypothermie, nous disposons de tapis chauffants de différentes tailles. Ensuite, nous surveillons la cicatrice de votre animal. Si tout est en ordre, nous ferons en sorte de vous rendre votre animal au plus vite, afin qu'il rentre chez lui au plus tôt pour qu'il se sente mieux. Dans la plupart des cas, vous nous déposerez votre compagnon le matin et vous le récupérerez le soir-même. Dans certains cas, nous garderons votre animal en hospitalisation le temps nécessaire à son rétablisssement. Comme en médecine humaine où la chirurgie est de plus en plus souvent 'en ambulatoire', il nous arrive aussi de rendre les animaux à midi. Vus les protocoles anesthésiques que nous utilisons, en effet, le but est que le réveil soit le plus rapide possible.
Pour le retour à la maison, nous vous expliquerons dans tous les cas les choses et symptômes à surveiller. Nous faisons pour cela un premier contrôle post-opératoire à 3-4j pour vérifier que l'animal s'est bien remis de la chirurgie et pour adapter les médicaments que nous lui avons prescrits (notamment les anti-douleurs). Ensuite, nous reverrons votre animal pour lui retirer ses points, à 10 ou 12j après la chirurgie.

5. La gestion de la douleur


La gestion de la douleur est une préoccupation permanente lors de toute intervention chirurgicale. Ainsi, tout animal opéré recevra une ou plusieurs injections de produits contre la douleur (antalgiques) en fonction de la douleur présumée générée par telle ou telle intervention. En post-opératoire immédiat, nous nous assurerons que votre animal ne souffre pas et que notre protocole antalgique est suffisant. Si ce n'est pas le cas, nous pourrons ajouter des produits plus puissants (type morphiniques) ou refaire des injections répétées. En fonction des interventions, nous vous prescrirons des comprimés d'anti-douleur à donner en relais des injections réalisées à la clinique. Nous adapterons la durée et la puissance des antalgiques au cas par cas.

lienfiche.png Fiche Santé : La gestion de la douleur

retour.png Retour à : La chirurgie
Conception et Réalisation Veto Online - 2011